23 mai 2007

Samedi 19 mai

Le matin, reveil en pleine forme, pas du tout marqué au front par la zoub sur le blanc, petit-déjeuner sympa et c’est pas tout ça mais j’ai un TGV à Lyon à 17h, donc on y va, et tant qu’on y est on dépose Claire, la sœur de Bertrand, à Montpellier, parce qu’on est sympa et que figurez vous qu’elle elle aussi est très sympa et très drôle. Elle nous a fait tout d’abord le sketche dit des mouches du larzac puis le sketche du rendez vous au rond point de chez Paulette à la sortie d’autoroute, beaucoup trop long à raconter (et un peu long dans les faits) mais inoubliable. Cela consiste en fait à faire des grands coucous à toutes les twingo rouges jusqu’à ce que soit la bonne. Ça nous a permis de croiser son copain réveillé pour l’occasion et de découvrir Paulette la vendeuse de légumes et son mari mafieux qui a du mal à manœuvrer avec sa remorque.


450km et 2 jambons-emmental (décidément) plus tard, je jette Mag avec ses sacs à Vivier Merle dans l’espoir d’avoir le temps de prendre une douche avant d’aller à la gare.


J’ai eu finalement le temps de faire une petite valise pour les 5 jours à venir et de me doucher.


Je tape donc ce post de mon ordi dans le train, douché et changé, crevé, mais ne regrettant pas une seconde les 900 bornes en 24 heures parcequ’avec Bertrand on est toujours content de se voir en vrai :



Mais les choses sérieuses commencent ce soir, à la capitale…

Arrivé à Paris-Gare de Lyon, message de Filip. « Je vais être un peu en retard ». Ah bon ? Je me demande pourquoi il previent encore car c’est évident depuis longtemps que Filip est décalé d’une demi-heure par rapport au monde.

Enfin arrivé à l’appart de Filip. Petit mais très bien. On se sent chez lui. Avec bien sûr une mention spéciale pour la porte de la salle de bain en plastique accordéon beige, on aime beaucoup. Je suis toujours bien reçu chez Filip. Il réflechit toujours à l’avance à des menus. Nous voici au champion de Barbès.

« Je vais faire mes fameuses ravioles au saumon. Tu aimes le saumon ? »

" Non, Filip, je n’aime pas le saumon et tu le sais depuis environ 25 ans »

" Ah oui, t’es chiant ».


Filip errait donc dans les rayons, paniqué, sans plan B, jusqu’à ce qu’il trouve l’idée salvatrice.

« on va faire une tartiflette, ça sera léger, en plus Stephanie elle amène un crumble pour le dessert donc ca glissera tout seul ».

J’étais ravi de revoir Stephanie, l’ancienne coloc de Filip. Tout d’abord parcequ’elle me trouve séduisant avec mes cheveux blancs. Et puis parcequ’elle est sympa et drôle. On a donc passé une excellente soirée à manger et surtout regarder des clips de qualité sur Youtube jusqu’à… très tard.




1 commentaire:

pas si anonyme que ça a dit…

et avoir Claire dans une voiture, est une improbable aventure ! vraiment à vivre ... ça m'a bien amusé de lire ces anecdotes !....ah les mouches du larzac ... à découvrir !